La femme du théologien suisse, sort de son silence

 

Retour sur une première expertise

La chambre d’instruction a reporté dernièrement sa décision sur la remise en liberté de l’islamologue suisse, Tariq Ramadan visé par deux plaintes, dans l’attente d’une expertise médicale.

En réaction à cette décision, les soutiens de l’intellectuel ne cessent de se multiplier.
La magistrature française s’est prononcée à la mi-février sur la question de libération de ce dernier, ‘‘ Le quinquagénaire demeurera en prison encore quelques jours, en attendant le rapport de l’examen médical ’’, a indiqué le juge. Selon ses avocats, l’islamologue a réellement vu son état physique se détériorer rapidement. Le 22 février, la Cour d’appel de Paris, avait statué que l’accusé restera sou écrou dans la prison de Fleury-Mérogis en Essonne, jugeant son état compatible avec sa mise en détention malgré le fait qu’il ait affirmé souffrir d’une sclérose en plaques et d’une autre maladie neuropathique, nécessitant tous deux un lourd traitement médical.

Une référence

La femme du Professeur en études islamiques à la prestigieuse université d’Oxford, Mme Iman, a surpris lors d’une rare intervention auprès du public. La franco-Suisse aux origines bretonnes, était apparue sur une vidéo mise en ligne, pour devenir à la fin de la séquence la référence numéro 1 de la campagne de soutien ‘‘ FreeTariqRamadan ’’ lancée début février.
La vidéo de la femme, a été par conséquent largement partagée par la communauté musulmane notamment française et genevoise. Parallèlement, le très efficace CCIF Collectif Contre L’Islamophobie en France l’a publiée sur son site officiel, en l’accompagnant d’un bref communiqué ; ‘‘ Étant dans un Etat de droit, il est tout à fait le temps pour que la justice reprenne son cours loin des pressions et influences médiatiques et qu’elle s’établit par conséquent en toute équité, dignité et impartialité ’’. Le message de soutien de l’association est visiblement clair, soutient au théologien !
Par ailleurs, les deux activistes Marwan Muhammed et ‘‘ Al Kanz ’’, deux personnalités très écoutées parmi la jeune génération, ont également déploré la mise sous écrou de l’islamologue.

Quant à l’organisation des Musulmans de France, elle prend visiblement position en faveur de Tariq Ramadan, elle n’hésite pas à prendre fait et cause pour lui, ajoutant que ‘‘ Tout au long de ces dernières décénnies, l’organisation Musulmans de France, n’a jamais remarqué la moindre contradictions ni la moindre immoralité entre le comportement de l’intellectuel et les valeurs qu’il défend ’’, rappelant qu’elle l’a plus d’une fois, invité à sa populaire rencontre annuelle au bourget.
De son coté, le professeur continu toujours de démentir catégoriquement les accusations par lesquelles il est visé.
Sur une célèbre radio française privée, le théologien aurait déclaré au journaliste ‘‘ Les faits que vous venez de citer, ne m’évoquent rien ! ’’.


Élément de défense de poids

Le maintien en détention du professeur genevois et la ‘‘ disparition momentanée ’’ d’un élément de preuve majeur (la réservation d’un billet d’avion) dans cette enquête, se révèlent à l’origine d’un revirement d’opinion aux rangs des militants contre l’islamophobie et les réseaux fréristes.
Ces deux facteurs sont habilement exploités par les soutiens du moralisateur, dénonçant la présence d’un déchaînement médiatique, politique et judiciaire contre lui.