Assurance Chômage : la réforme du candidat aux présidentielles 2017.

Alors que Marine Le Pen n’apporte aucun changement sur les assurances ni chômage ni assurance vie, et elle propose des changements pour protéger plutôt le marché du travail français, Emmanuelle Macron propose compte à lui une révolution au niveau de l’assurance chômage, en proposant une allocation chômage pour toutes les catégories de travailleurs (indépendants, commerçants ou même les agriculteurs) mais avec un montant plus faible.

La réforme proposée par Macron

En effet, le candidat du mouvement « En Marche ! » a déclaré qu’ « aujourd’hui, on parle d’assurance donc vous payez, comme salarié, sur le chômage et vous êtes protégé le jour où vous avez un accident de travail, le jour où on vous licencie, mais ce n’est pas juste », pour cette raison qu’ « un système de solidarité dont chacun doit pouvoir bénéficier et dont le financement devra reposer sur l’impôt et non plus sur les cotisations sociales. Les prestations ne relèveront plus d’une logique d’assurance, mais de solidarité ». Par conséquence, il propose la suppression des cotisations salariales pour le chômage et de le transférer vers le CSG ainsi le chômage devient une allocation universelle, pour toutes les catégories de travailleurs (Artisans, indépendants, commerçant, agriculteurs, salarié…). Pour se faire, Monsieur Macron vise un changement de l’UNEDIC pour « aller vers une assurance chômage universelle ».

Néanmoins, ce versement d’allocations chômage est suspendu en cas de refus de deux propositions d’emploi, pour un salaire qui n’est pas inférieur de plus de 25 % à l’ancien poste.

Actuellement, le système d’indemnisation du chômage est de type assurantiel, c’est-à-dire chaque mois un salarié ou employeur cotise à l’UNEDIC. Mais seulement, les salariés privés d’emploi et remplissant des critères bien particuliers, qui peuvent bénéficier de l’assurance chômage, soit moins de la moitié des demandeurs d’emploi, comme a affirmé le co-fondateur de Filiassur assurance. Effectivement, L’Unedic verse en moyenne une allocation à environ 1.000 euros par mois par salarié en chômage.

L’étatisation du système d’indemnisation du chômage

Le fait d’étatiser l’assurance chômage et le rendre accessibilité à tous les travailleurs même en cas de démission, influencera sur le montant d’indemnisation qui sera certainement plus faible.

Par cette réforme Monsieur Macron compte économiser 60 milliards d’euros sur le budget de l’état pendant son quinquennat, dont 10 milliards d’euros sur les dépenses de l’assurance chômage.

 Denis Bizien, co-fondateur de Filiassur assurance, affirme que cette réforme est plutôt un changement radical, une révolution au niveau de l’assurance chômage surtout que ces dernières années Unedic rencontre de plus en plus de problème financiers. En effet, chaque année Unedic cumule une dette de 4 milliards d’euros.