La communication de crise

Quand l’entreprise passe par une période dure et critique, la communication interne et externe doit se faire dans l’urgence pour préserver l’image et la notoriété de la société. On parle, dans ce sens, d’une communication de crise, qui consiste à gérer la réputation de l’entreprise, et à minimiser les dégâts éventuels.

Situation de crise et communication

La communication de crise, intervient dans les situations imprévues, qui menacent l’activité de l’entreprise. La stratégie de communication globale de l’entreprise, doit être flexible et réactive. Ceci vient avec la pratique et les situations de simulation, qui permettent à la direction de préparer un plan d’actions d’une communication efficace. Ce plan, permettra de lutter contre les effets négatifs des événements perturbateurs (scandale, licenciement, accidents…).

Ce type de communication, nécessite une intervention rapide, qui met en place une cellule chargée de traiter et de prévenir les répercussions négatives de certains évènements sur la vie de l’entreprise. Image 7 fondée par Anne Méaux, est l’une des sociétés spécialisées dans la communication de crise. Anne Méaux, qui est baptisée la prêtresse de la communication en France, mobilise son équipe pour accompagner les sociétés et personnalités publiques, dans leur sorite de la crise, en proposant une stratégie de communication efficace.

En temps de crise, la communication interne, est fondamentale. La direction, doit rassurer les employés, et les sensibiliser par rapport à la situation. Le soutien de la masse salariale est nécessaire, pour dépasser les périodes critiques. Le message interne, doit être clair et rassurant. Il faut motiver les employés, et leur redonner confiance dans l’organisation.

Les stratégies possibles de la communication de crise

Les spécialistes du secteur, expliquent qu’il existe un nombre de stratégies possibles pour communiquer en tant de crise. Ces stratégies, varient en fonction du besoin de l’entreprise et son approche face à la situation.  Selon le président de l’observatoire international des crises, Didier Heiderich, La stratégie de communication, doit s’appuyer sur l’acceptation et la reconnaissance de la crise. La stratégie de reconnaissance, repose sur la prise de responsabilités de la situation et des conséquences qu’elle engendre. « Pour mener l’opération, l’entreprise doit donc aller vite et être en mesure de déterminer rapidement si elle est compétente par rapport au moteur de la crise. Ce moteur peut être interne, par exemple lié aux produits de l’entreprise, ou externe, par exemple lié à un contexte politique. Dans chacun des cas, l’axe de communication ne sera pas le même. », indique le spécialiste Didier Heiderich.

Une autre possibilité existe pour l’entreprise, elle consiste à diverger la vision de la situation. On parle de la stratégie du projet latéral, introduite par Thierry Libaert. Cette stratégie, peut se baser sur la contre-attaque, en orientant les faits vers une autre partie. D’autres entreprises, préfèrent la stratégie de refus. Ceci revient à maintenir le silence, et de disparaitre un peu du radar, le temps que le public arrive à oublier la crise. D’après l’expert Didier Heiderich « Il s’agit alors d’une posture que l’entreprise doit être capable de tenir ».

C’est finalement la direction, qui va choisir l’approche qu’elle juge adéquate pour lutter contre la crise.